Vous etes ici : > Articles > Bourse > Infos / Actualités > Le géant pétrolier appartenant à l'État saoudien vient de lever 25,6 milliards de dollars

ARTICLES

Le géant pétrolier appartenant à l'État saoudien vient de lever 25,6 milliards de dollars

Le géant pétrolier appartenant à l'État saoudien vient de lever 25,6 milliards de dollarsLa plus importante introduction en bourse de son histoire !

Cette page vous intéresse

La plus importante offre publique

Saudi Aramco a levé 25,6 milliards de dollars grâce à la plus importante offre publique initiale au monde, mettant ainsi fin à un accord qui est devenu synonyme du controversé prince héritier du royaume et de ses projets de refaçonner la nation.

Le géant pétrolier national a fixé le prix final de ses actions à 32 riyals (8,53 dollars), valorisant la société la plus rentable au monde à 1 700 milliards de dollars. Il a reçu des offres totales de 119 milliards de dollars.

Pour le prince héritier Mohammed Bin Salman, le fait de conclure la vente pourrait aider à remettre son ambitieux plan de restructuration de l'économie sur les rails. Il a été déçu par des problèmes notamment la réaction brutale contre sa purge de l'élite, et à l'étranger par l'indignation provoquée par le meurtre du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, et par la guerre au Yémen.

Mais l'accord s'est finalement révélé très différent de ce que le prince avait envisagé lorsqu'il avait lancé l'idée en 2016 avec l'ambition de récolter jusqu'à 100 milliards de dollars. Aramco a offert seulement 1,5% de ses actions et a opté pour une cotation locale après que les investisseurs mondiaux se soient opposés à ses espoirs de voir la société évaluée à 2 000 milliards de dollars.

Une restructuration de l'économie

Au lieu de cela, Aramco s’est largement appuyée sur les investisseurs locaux et les fonds des monarchies arabes voisines du Golfe. Dans l'offre destinée aux particuliers, près de 5 millions de personnes ont postulé pour des actions. La tranche institutionnelle s'est clôturée mercredi et a attiré des offres totalisant 397 milliards de riyals.

Les familles les plus riches du royaume, dont certaines avaient des membres arrêtés à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad pendant une prétendue répression de la corruption en 2017, devraient avoir apporté une contribution significative. Les banques mondiales qui travaillaient sur l'accord ont été écartées après que l'Arabie saoudite ait décidé de se concentrer sur la vente des actions à des investisseurs locaux et régionaux.

Néanmoins, Aramco deviendra la société cotée en bourse la plus précieuse au monde une fois qu'elle commencera à négocier, devançant ainsi Microsoft Corp. et Apple Inc.

L'accord ouvre l'une des sociétés les plus secrètes du monde, dont les bénéfices ont permis de financer le royaume et sa famille dirigeante pendant des décennies, aux investisseurs et aux particuliers saoudiens. Jusqu'à cette année, Aramco n'avait jamais publié d'états financiers ni emprunté sur les marchés internationaux de titres de créance.

Cela signifiera également que la société a maintenant des actionnaires autres que le gouvernement saoudien pour la première fois depuis sa nationalisation à la fin des années 1970.

L’Arabie saoudite a déployé tous les efforts possibles pour que son introduction en bourse soit un succès. Il a réduit le taux d'imposition pour Aramco à trois reprises, promis le dividende le plus important au monde et offert des actions gratuites aux investisseurs particuliers qui conservent les actions.
Goldman Sachs Group Inc., agissant en tant que gestionnaire de la stabilisation des actions, a le droit d'exercer une option dite à la greenshoe de 450 millions d'actions. L'option d'achat peut être exécutée en tout ou en partie à tout moment au plus tard 30 jours calendaires après le début des négociations. Le produit de l'introduction en bourse pourrait atteindre 29,4 milliards de dollars.

Les fonds de la vente seront transférés au Fonds d'investissement public, qui a réalisé un certain nombre d'investissements audacieux: 45 milliards de dollars investis dans le fonds Vision de SoftBank Corp., une participation de 3,5 milliards de dollars dans Uber Technologies Inc. et la planification d'un budget de 500 milliards de dollars ville futuriste.

Il s’agit de la première cession majeure d’actifs de l’État depuis le lancement, par le prince Mohammed, d’un plan bien vanté visant à réduire la dépendance de l’économie aux revenus pétroliers en 2016.

La dernière grande privatisation du gouvernement, l'introduction en bourse de 2014 de la National Commercial Bank, a reçu 83 milliards de dollars en souscriptions d'investisseurs.


|   Date de création : 06/12/2019   |    Dernière mise à jour : 19/05/2020   
Tag : pétrole, pétrochimie, production, investissement, fonds, investisseurs, levée, bourse, actions, finance, internationale, privatisation, pays, producteurs,

 


Cotations des marchés par TradingView