Vous etes ici : > Articles > Bourse > Formation / Conseil > Richard Easterlin : un théoricien de l'économie du bien-être

ARTICLES

Richard Easterlin : un théoricien de l'économie du bien-être

L’argent fait-il le bonheur ? Cette question est au centre des travaux de l'économiste américain Richard Easterlin. Il est le premier à avoir étudié le rapport entre bonheur et revenus et à avoir mis en évidence le paradoxe qui porte son nom.

Cette page vous intéresse

Biographie

Richard Easterlin est un économiste américain né en 1926 à Ridgefield Park, New Jersey.

Il a été professeur d'économie à l'université de Pennsylvanie de 1978 à 1982, avant de poursuivre sa carrière à l'université de Californie du Sud. Il a également été président de l'Economic History Association de 1979 à 1980.

Easterlin, considéré comme l’un des fondateurs de l'économie du bien-être, a mis en évidence le paradoxe qui porte son nom dans un article paru en 1974 : Does economic growth improve the human lot ? Some empirical evidence.

Paradoxe d'Easterlin

Dans son article de 1974, Richard Easterlin a mis en évidence le paradoxe suivant : une hausse du PIB n’entraîne pas nécessairement une hausse du niveau de bien-être ressenti par les individus.

Ce constat, connu sous le nom de paradoxe d'Easterlin, se fonde sur des sondages de grande envergure réalisés à partir des années 1940 aux Etats-Unis, dans les pays développés et les pays émergents.

Ces sondages ont révélé que le lien entre revenu et bonheur n’est pas aussi direct et évident qu’on pourrait le croire. Il semble même que la corrélation à long terme entre le bonheur et le revenu soit très faible.

Ce paradoxe est l'une des réflexions à la base de l'économie du bien-être. Les travaux de Richard Easterlin ont aussi inspiré la création d'un indicateur statistique : le bonheur intérieur net (BIN).

Caractéristiques de cette théorie

Le paradoxe d'Easterlin, selon lequel le niveau de revenus n'est pas un critère suffisant pour mesurer le bien-être des individus, ne s’applique pas partout de la même manière. A l’intérieur d’un pays, les plus riches sont plus heureux.

Dans les pays en développement, le niveau de revenu a un effet significatif sur le bonheur, jusqu’au point où la survie n’est plus une préoccupation pour la majorité de la population. Quand la liberté et la sécurité sont acquises, la croissance économique n’a plus un effet aussi direct sur le bien-être de la population.

En revanche, dans les pays industrialisés, la croissance économique ne s'accompagne pas forcément d'une augmentation du bonheur de la population. Plusieurs causes peuvent expliquer ce paradoxe :
• les gens s'habituent à la hausse de leur niveau de vie et en retirent de moins en moins de bonheur : c’est ce qu'on appelle l'adaptation hédonique
• les individus ont tendance à se comparer à leurs voisins et à être jaloux : l'argent ne les rend heureux qu'à condition d'en avoir plus que leur voisin. Si tous les revenus augmentent en même temps, le bonheur moyen n'augmente pas.

Richard Easterlin a été l’un des premiers, en 1974, à mettre en évidence les limites de la société de consommation, qui créé sans cesse des besoins et des frustrations.
Ses travaux nous encouragent à développer nos sociétés sur le plan social aussi bien que sur le plan économique.


Auteur :   |   Date de création : 03/04/2013   
Tag : Richard Easterlin, économiste Richard Easterlin, biographie Richard Easterlin, théories Richard Easterlin, paradoxe Easterlin, paradoxe d'Easterlin, bonheur intérieur net, économie du bien-être

 


Cotations des marchés par TradingView