Vous etes ici : > Articles > Bourse > Infos / Actualités > Crise grecque : les banques françaises sont-elles menacées ?

ARTICLES

Crise grecque : les banques françaises sont-elles menacées ?

Crise grecque : les banques françaises sont-elles menacées ?La perspective d'un éventuel défaut de paiement de la Grèce a de quoi inquiéter les citoyens des autres pays de l'UE. Alors que l'actualité se concentre sur la crise grecque, vous vous demandez peut-être si votre banque risque de couler avec la Grèce. On vous explique pourquoi ce scénario catastrophe est hautement improbable en France.

Cette page vous intéresse

La crise grecque inquiète les marchés

Le 5 juillet 2015, les Grecs ont été appelés à se prononcer sur les dernières propositions de leurs créanciers. L'annonce de ce referendum a eu un impact considérable sur les marchés financiers et dès le lundi suivant, la bourse de Paris clôturait la séance à -3,74%.

Les valeurs les plus touchées étaient les banques avec -5,32% pour BNP Paribas, -5,32% pour la Société Générale et -5,02% pour le Crédit Agricole.

Dans ce contexte, on peut légitimement se demander si cette nouvelle crise grecque pourrait mettre en danger les banques françaises, et avec elles, l'argent des épargnants français.

La FBF veut rassurer les épargnants

Pour rassurer les épargnants, la Fédération bancaire française (FBF) a publié une courte actualité démontrant que les banques françaises sont très peu exposées à la dette grecque, schémas et chiffres de la Banque des règlements internationaux à l'appui (voir le lien ci-dessous).

En effet, depuis 2010 et le premier plan de sauvetage de la Grèce, nos banques ont nettement réduit leur exposition à la dette souveraine grecque. A titre d'exemple, le Crédit Agricole qui avait acquis, il y a quelques années, Emporiki, la 5ème plus grande banque grecque, a revendu cette filiale à Alpha Bank en octobre 2012 pour réduire son exposition en Grèce.

Concrètement, cette exposition n'est plus que de 20 millions de dollars (16 millions d'euros) à la fin 2014, contre 14.960 millions de dollars (11.196 millions d'euros) à la fin 2010.

La FBF précise également que la Grèce dans sa globalité (dette souveraine, banque et secteur privé) apparaît très loin dans le classement des pays auxquels les banques françaises sont exposées.

Le pays où les établissements bancaires français ont le plus d'investissements est, de loin, les Etats-Unis, devant l'Italie, la Belgique et le Royaume-Uni. La Grèce figure au-delà de la 30e place dans ce classement.

Un risque systémique beaucoup plus faible

Toujours selon les chiffres de la Banque des Règlements Internationaux, les banques étrangères sont six fois moins exposées à un éventuel défaut de paiement de la Grèce qu'il y a quatre ans, au moment de la première crise grecque.

En décembre 2014, la dette grecque possédée par les banques étrangères ne représentait "que" 46 milliards de dollars.

Cela peut sembler beaucoup, mais cette somme était de 300 milliards de dollars en 2010. Le risque systémique était alors beaucoup plus important. 

Les banques françaises sont à l'abri

En résumé, même si un scénario extrême se produisait, comme une sortie de la Grèce de l'euro, aucun groupe financier français (banque ou assurance) ne serait menacé.

La dette grecque est aujourd'hui essentiellement supportée par les Etats européens, qui apportent des garanties au Fonds de soutien de la zone euro (FESF), et par la Banque Centrale Européenne. 
 
Il existe néanmoins un risque élevé pour les investisseurs qui ont acheté des titres de banques grecques comme la banque du Pirée et Alpha Bank.


Auteur :   |   Date de création : 10/07/2015   

Plus d'informations : http://www.fbf.fr/fr/secteur-bancaire-francais/actualites/les-banques-francaises-ne-sont-pas-exposees-au-risque-grec

Tag : crise grecque, crise grecque banques françaises, conséquences crise grecque, dette grecque banques françaises, exposition dette grecque banques françaises, crise grecque conséquences en france

 


Cotations des marchés par TradingView